Auteur : Yves Wilmet

0

L’AUTRE FACE DE VASSILIU

L’autre face de Pierre Vassiliu « Je vous ai ramené deux disques somptueux dans lesquels il est urgent d’embarquer pour fuir cette période quelque peu morose. Deux disques consacrés à un auteur compositeur interprète français parfait mais méconnu mort en 2014, que moi-même j’ai découvert sur le tard, grâce à ces deux très belles compilations qui rendent hommage à l’extraordinaire inventivité de ce grand monsieur moustachu avec des airs de pépère pervers, Pierre Vassiliu. Vous allez me dire « Qui c’est celui-là ? » Une question que beaucoup de français la posaient en 1973 lorsque Vassiliu cartonnait avec sa chanson intitulée justement « Qui c’est celui-là ». Ca vous rappelle peut-être quelque chose, on écoute. Ce tube ultra-connu, son seul tube d’ailleurs, qui avait atteint la première place du hit-parade en France en 1973 est l’arbre qui cache la forêt d’une discographie extrêmement riche, qui emprunte à des dizaines de genres différents : la bossa...

0

REMEMBER

Pierre Vassiliu : retour sur la vie du chanteur populaire de « Qui c’est celui-là ? » Il y a six ans, une grande figure de la chanson française a tiré sa révérence à l’âge de 76 ans. Pierre Vassiliu est parti, mais ses chansons ne se sont pas éteintes avec lui. Retour sur sa carrière et sa vie, qui s’est terminée le 17 août 2020. Pierre Vassiliu rappelle tant des souvenirs à ceux qui ont connu les années yéyé. En 1962, il sort son premier album intitulé « Armand », vendu à 150 000 exemplaires. De son vivant, il a bercé les Français avec ses mélodies ensorcelantes. LE SUCCÈS DU TUBE « QUI C’EST CELUI-LÀ » En 1973, le chanteur et compositeur Français a connu sa plus grande notoriété grâce à la chanson « Qui c’est celui-là ? », interprétation d’une chanson du Brésilien Chico Buarque, vendue à plusieurs centaines de milliers de copies en quatre mois....

0

L’AMI DE GEORGES

Les encouragements historiques de Georges Brassens Dédicace Ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir dès sa première galette, la fève et la couronne. En 1962, Pierre Vassiliu n’a pas encore ces formidables bacchantes de Gaulois réfractaire mais déjà l’œil qui frise, et la plume qui défrise les coincés du bulbe et de l’oigne. Pour son premier vinyle donc, un 45 tours quatre titres (sur lequel figurent Armand et La Femme du sergent), le prometteur élève du « Petit conservatoire » de Mireille a l’insigne privilège d’obtenir une dédicace de son idole de toujours Georges Brassens. Il est allé la lui réclamer directement dans sa loge. Ça l’a fait bidonner, l’anar sétois, qu’un artiste (qu’il a déjà repéré) demande à un autre artiste, un gribouillis sur son propre disque. Il s’est pas fichu de lui : « Au temps ou les porteurs de message sont légion rien n’est plus agréable que de...

0

MAIS, C’EST VASSILIU !

Qui c’est celui-là ? Mais c’est Vassiliu ! En 1973, Pierre Vassiliu publie son adaptation démentielle d’une chanson de Chico Buarque. Un malentendu à réécouter ! Au tout début des années 70, Pierre Vassiliu a quitté les disques Decca pour le label d’Eddie Barclay. Le nabab l’a en effet percé à jour : « Toi, c’est la douceur. Pas la gaudriole. Viens chez moi, tu pourras faire ce que tu veux », lui a-t-il dit un jour. Pour Barclay, il signe en 1970 un premier 33 tours, Amour amitié, qui confirme sa nature sensible, son charme cool et son esprit hippie. Deux ans plus tard, il poursuit dans une veine plus encore intimiste avec Attends. Mais ni le premier ni le deuxième ne rencontrent un grand succès. Barclay lui retire sa confiance, ne l’autorisant plus qu’à graver des 45 tours. À cette époque, sa frangine Anne lui a présenté une belle bande...

0

Rediffusion…

Malheureusement, nous n’avons eu l’information de diffusion qu’après celle-ci… https://web.facebook.com/watch/?v=234245737637688

0

LIBÉ: LE NONCHALANT QUI REPASSE

Pierre Vassiliu, le nonchalant qui repasse Fan du chanteur hédoniste mort en 2014, Guido Cesarsky sort «En voyages» sur Born Bad, seconde compilation axée sur ses mélodies exotiques. Pierre et Laura Vassiliu avec leurs enfants, dans le camion où ils ont vécu. La photo a servi de base pour la pochette de l’album «Déménagements», en 1978. Photo collection personnelle «Chaque fois qu’on voyageait quelque part, on était attirés par la musique. Pierre prenait le rythme du pays et trouvait une chanson.» On ne saurait mieux résumer l’état d’esprit de cette nouvelle anthologie de Pierre Vassiliu que ne le fait ce souvenir de Laura Vassiliu qui, pour l’avoir accompagné jusqu’au bout, connaissait bien ce drôle de bonhomme, toujours prêt à y aller. Où ? Au gré de l’inspiration, qui guida ses pas ici et là, portés sur le chaloupé. C’est dans ces traces que Guido Cesarsky, célébré en qualité de fondateur...

0

SUR LA ROUTE…

Sur la route avec Pierre Vassiliu Belle idée du label Born Bad qui remet le couvert en offrant une deuxième compilation consacré à ce chanteur vagabond : Pierre Vassiliu en voyages(*). Pour le moustachu de la chanson, partir c’était son carburant naturel. Et une sacrée source d’inspiration. Rien que la pochette colorée, et signée Camille Lavand, de ce Pierre Vassiliu en voyages est une invitation à larguer les amarres. On y voit le seul homme de la plage entouré de splendides dames dans un décor naturel tropical. En prime, on peut y découvrir un texte en forme de belle synthèse de la vie d’un homme qui passait son temps à larguer les amarres, à faire des détours pour trouver une nouvelle source d’inspiration, découvrir de nouvelles musiques et de nouveaux musiciens. Pour autant, ce serait complètement dingue de réduire le talent de Vassiliu à son tube brésilien Qui c’est celui-là...

0

REMETS TA MOUSTACHE

Super papier dans « les inrocktuptibles » https://www.pressreader.com/france/les-inrockuptibles/20191218/282445645951381

0

EXHUMATION

Il est à craindre que la consultation récente de revues crypto-vieillottes, de forums et de blogs consacrés à Pierre Vassiliu n’aient fait vaciller ma raison déjà chancelante. J’ai donc exhumé des entrailles du web une cassette audio au ferrochrome de l’album Roulé…Boulé de Pierre Vassiliu, comme l’indique le titre de cet article, moyennant une certaine redondance avec son contenu. (en vrai je l’ai trouvé sur youtube et tronçonné avec Adobe Première) Après tout, ma tombe est l’endroit où l’on prend conscience que quelqu’un nous a quitté pour toujours en même temps que sa dépouille nous est restituée à jamais, et réciproquement. La photo de pochette laisse imaginer bien des choses, et je me retiens bien fort d’y adjoindre une légende décalée, un peu de respect pour les morts, que diable. Quant au titre de l’album : »Roulé…Boulé », est-ce une allusion subtile au « Roulez Bourrés » d’Au bonheur des dames qui lui est...